Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

Elisabeth, Patrick et Nadège Huguet, sont heureux de vous accueillir à la Commanderie Saint-Jean d'Artins pour un séjour convivial et dépaysant au cœur de la vallée du Loir, au carrefour du Loir-et-Cher, de la Sarthe et de l'Indre-et-Loire.

Réservez votre séjour chez nous au 02 54 72 48 47

Faire notre connaissance

 

Translation please

Publié par La Commanderie Saint-Jean d'Artins

La préparation du mariage du « petit Nicolas », le fils de nos amis Jouanne,  a constitué une bonne raison, pour ne pas dire un prétexte, pour réviser quelques gammes en (re)faisant le tour des vignerons du Vendômois.

undefined

Le blanc, vive le chenin

 undefined

 Le gris, forcément du Pineau d'Aunis

 

undefined

et le rouge. Du pineau d'Aunis, il y en a forcément un peu, beaucoup, à la folie ...

 

 

La brièveté de l’exercice a contraint à procéder à une sévère limitation du champ d’expérience. Disposant de deux après-midi, nous avons choisi de nous limiter à 6 viticulteurs. Le « fil rouge » de cette expédition  restait le choix des vins pour le repas du mariage. En dehors du Pétillant pour le vin d’honneur et la soirée, nous cherchions principalement un chenin bien typé pour accompagner le sandre et un rouge « rond » pour aller avec une selle d’agneau. Cette contrainte a conduit à négliger un peu le vin le plus typique, c’est-à-dire le gris du Vendômois, issu du Pineau d’Aunis

 

Arrivés le vendredi midi, la première opération fut de se sustenter. Au menu : Clafoutis de tomate cerises au chèvre, Picata de veau au Fenouil, Oranges à l’orientale.

undefined

Le clafoutis de tomates et son verre de chenin
(Les Maizes 2004
GAEC Creuzet)

undefined

L'orange à l'orientale d'après Michel Oliver

undefined


 

Après ce repas il est temps d’attaquer le premier après-midi de « travail ».

 

Première étape : Charles Jumert à Villiers

 

undefined undefined


Une séance appliquée, comme le prouve les images ci-dessous de laquelle sont particulièrement ressortis, hormis le gris 2006 (un des plus réussis à mon goût), les blancs de chenin notamment le 96 et bien entendu le Pétillant rosé. Hors concours, on ne peut passer sous silence la Cuvée Ste Catherine  (cépage rarissime, le Meslier St François).

undefined

 Chantal et Didier
les parents du futur marié

undefined

Papaïto,
maître es conseils

undefined

Nadège, notre animatrice du goût
dans ses oeuvres

undefined

Les effets du Meslier St François


 

Première épreuve réussie, il suffisait ensuite de se projeter « à l’autre bout du vignoble », à Villiersfaux pour rencontrer Dominique Houdebert et ses vins.

 

 undefined
 undefined  undefined
 undefined


 

Et hop ! Au boulot.

Comme le montre la table, c’est du sérieux.

  

undefined

Dans la bonne humeur

undefined

Cela ne rigole plus ...

 

undefined
Graine de star

undefined

Papïto déguisé en intellectuel

undefined

Nadège, sur le nouveau millésime en gris

 


Là encore, le gris était plaisant et le millésime prochain s’annonce bien. Le Vendômois blanc est à recommander et plus encore la « cuvée tradition » 2003 (il en reste un peu) et 2005.

La journée s’avançant et la capacité gustative diminuant, décision est prise de terminer la tournée du jour par une visite au Domaine du Four à Chaux, chez Sylvie et Dominique Norguet.
 

undefined undefined
undefined
 

undefined

 

undefined

 

undefined

undefined

 


Par chance, nous les avons rencontrés tous les deux et ils nous ont fait l’honneur d’un tour d’horizon des plus complets, y compris des cuvées non encore embouteillées.

De la propriété, j’aime tout particulièrement, bien sûr le gris, mais surtout le Sauvignon (en vin de pays), parfait apéritif à mon goût (bien entendu, on a le droit d’en avoir des différents), et la cuvée Benjamin, dont la typicité du Pineau d’Aunis est bien présente mais retenue. Ceci fait de cette dernière une belle bouteille, idéale pour faire découvrir l’expression de ce cépage en rouge.


undefined

Préparer un mariage nécessite de l'investissement personnel

undefined

Presque la classe


undefined

Attentifs

undefinedSérieux, sérieuse ...


Back home … pour un dîner des plus sympathiques ...

 

 

undefined

undefined

 

  Il nous restait à présenter ELisabeth
parfois connue sous le nom de
Mémé ZaZa

undefined

  undefined
  undefined   undefined


Le Chef, dit Papaïto, ou encore moi-même,

 

 

undefined

 

Pris d’une nostalgie localisée autour des Charentes, du Poitou et de la Vendée, je décide de concocter un repas qui nous fait sortir du cadre géographique prévu pour le week-end.

 

undefined
Le Troussepinette
apéritif vendéen,
voisin de l'épine locale

undefined


Farci poitevin

undefined
Jambon vendéen, moghettes
le plat "madeleine de Proust" du chef

 

undefined

la galette fromagère: plat mythique si il en est !

undefined


 

Ce menu typique s’accompagne de vins des Fiefs vendéens Pissotte en blanc et rouge. 

 

Après une nuit réparatrice, une matinée consacrée à une grande ballade sous le soleil sur les hauteurs d'Artins, avec un passage obligé vers le petit bois en bordure de la propriété. Puis, un déjeuner tout simple et local achève de remettre tout le monde sur pied :

Rillettes de Montoire

(Tremblay)

Vendômois gris Cuvée Jasmine 05

(Martellière)

 

Boudin noir – Purée de Panais

Vendômois rouge Cuvée Rochambeau 05

(Brazilier)

 

Poêlée de Pommes

 

Prêts donc pour la deuxième séance qui sera centrée sur Thoré la Rochette. Au programme, Patrice Colin (Domaine de la Gaudetterie), Jean et Benoît Brazilier (Domaine du Carroir) et Pascal Creuzet ( Domaine de la Cave au Caux).

L’appareil photo ayant décidé de faire sa mauvaise tête, il ne reste que les images de notre passage chez Patrice Colin.


J’en profite pour le remercier au passage de m’avoir fait découvrir les vins du Vendômois voici une bonne vingtaine d’années lors de mes premières visites dans le vignoble local. Depuis, je suis devenu un ardent défenseur du Pineau d’Aunis dans toutes ses expressions.

 

undefined undefined
undefined
undefined undefined
undefined


Là encore, le travail est de haut niveau.

On se doit de citer le gris, quoique le 2006 ne soit pas mon préféré, les veilles vignes en blanc (en rupture en ce moment) et encore plus la Pente des Coutis (de très belle classe).

Pour les rouges, mon cœur va à la Cuvée Emilien Colin, pur Pineau d’Aunis, qui peut cependant heurter les non-initiés par sa typicité.

C’est ici que se trouve notre source principale de « bulles » avec les « Perles d’Anne-Sophie », qui sont encore meilleures après un an de cave, et depuis peu le Pétillant naturel rosé, gris qui termine sa fermentation naturelle en bouteille (une méthode ancestrale, en quelque sorte).


undefined

undefined

undefined

undefined

undefined

undefined

undefined

undefined


Des autres visites, on retiendra particulièrement :

-         chez Brazilier, la cuvée Rochambeau 05, le Pétillant « Jean Brazilier »,

-         de la Cave aux Caux, son blanc « Les Maizes » 04, un vrai cadeau, son moelleux, passé en fût, que j’aime beaucoup et son cabernet rosé en demi-sec, malheureusement pas encore disponible en bouteille pour l’instant.

 

Retour à la Commanderie pour un repas « bien mérité » pour lequel nous retrouvons un de nos hôtes, M Carion, et qui clôturait l’opération « Coteaux-du-Vendômois ».

  

undefined

undefined
Le crumble d'endives

undefined
Le blanc de poulet
en waterzoï

undefined

Poire rôtie au miel

undefined undefined

 
A bientôt pour d'autres aventures ... 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

17/02/2008 17:36

Ya encore du fromager?? ;) le week-end avait l'air bien sympas, ça donne envie.....à bientôt en artinois.

Kath 17/02/2008 14:07

Bonjour à toutes et tous ! Et oui, Kath est sur le pont encore.... Et voilà un article qui dénote bien que professionalisme et bonne humeur vont de pair ; qu'on "enseigne" bien ce que l'on est et pas uniquement ce que l'on sait. Il manque cependant une information de taille concernant notre Chef. Essayez un dimanche matin de lui donner une carte de France vierge et un crayon en lui demandant de localiser vignobles ET cépages.. Puis prenez une chaise car je vous garantis une surprise géo-gustative de taille ! (et un 16 à l'oral pour ma part à l'épreuve de culture générale - Capes d'histoire-géo-cuvée 2006). Merci Papaïto... Opérez de même avec notre fée Nadège, et d'un coup, odeur, goût, saveur, flaveur, texture et autre vocabulaire -tant galvaudé (!)- prendront toute leur couleur et n'auront plus de secrets !!! Merci T'ite Nad (à quand les nouveaux panels de dégustation ?)...Biz.

La Commanderie Saint-Jean d'Artins 17/02/2008 16:29

Plus d'une heure pour répondre, c'est vraiment beaucoup ... mais quand même la premièreMerci pour le fayotageBisesPatrick